• Entrée des animaux dans l'arche de Noé

    Mais, avec toi, j’établirai mon alliance. Toi, tu entreras dans l’arche et, avec toi, tes fils, ta femme et les femmes de tes fils.
    De tout ce qui vit, tout ce qui est de chair, tu feras entrer dans l’arche un mâle et une femelle, pour qu’ils restent en vie avec toi.
    De chaque espèce d’oiseaux, de chaque espèce d’animaux domestiques, de chaque espèce de reptiles du sol, un couple t’accompagnera pour rester en vie.
    Et toi, procure-toi de quoi manger ; fais-en provision. Ce sera ta nourriture et la leur. »
    Noé fit ainsi. Tout ce que Dieu lui avait ordonné, il le fit. Genèse 7, 18-22
     
    Le Seigneur dit à Noé : « Entre dans l’arche, toi et toute ta famille, car j’ai vu qu’au sein de cette génération, devant moi, tu es juste.
    De tous les animaux purs, tu prendras sept mâles et sept femelles ; des animaux qui ne sont pas purs, tu en prendras deux, un mâle et une femelle ; et de même des oiseaux du ciel, sept mâles et sept femelles, pour que leur race continue à vivre à la surface de la terre. Genèse 8, 1-3 
    Noé entra dans l’arche avec ses fils, sa femme et les femmes de ses fils, à cause des eaux du déluge. Des animaux purs et des animaux impurs, des oiseaux et de tout ce qui va et vient sur le sol, un couple – un mâle et une femelle – entra dans l’arche avec Noé, comme Dieu l’avait ordonné à Noé. Genèse, 8, 7-9

     La narration de l'entrée des animaux dans l'arche de Noé fait l'objet de plusieurs versions successives dans la Genèse. Traditionnellement, on retient que seul un couple par espèce animale est admis dans l'arche, même s'il est suggéré au chapitre 8 de la Genèse que ce sont 7 couples qui doivent  être admis !

    Un succès pictural

    Le sujet de l'entrée des animaux dans l'arche de Noé a beaucoup inspiré les peintres.

    L'arche de Noé

    Paul De Vos, Entrée des animaux dans l'arche de Noé

    Musée du Louvre

     
    Paul De Vos (1595-1678) est un peintre baroque flamand. Comme Bueghel de Velours, il appartient à une famille de peintres. Il se spécialisa dans des scènes animalières monumentales, notamment des scènes de chasse.
    L'entrée des animaux dans l'arche de Noé est une toile de grande taille (plus de 3 m sur plus de 2 m), saisie révolutionnaire de 1796. Elle fait pendant à un autre tableau, Le Paradis terrestre. 

    Au premier plan, des animaux par couple semblent attendre sagement leur tour. Ils sont rassemblés, sans montrer aucune agressivité ou animosité : les lions, les bovins, les chiens, les renards, les moutons, les ânes et divers oiseaux... et deux beaux chevaux bais. L'atmosphère semble être celle de l'harmonie du paradis terrestre. 

    Dans le lointain, on aperçoit des silhouettes : Noé et les siens procèdent à l'introduction des animaux dans l'arche, sorte de grande barque posée en hauteur. Curieusement, dans la file des animaux qui s'avancent vers l'arche, on distingue un couple de chevaux blancs. Y aurait-il eu deux couples de chevaux introduits dans l'arche ?

    A moins que ce détail ne suggère que les animaux au premier plan ne soient pas les animaux qui doivent entrer dans l'arche, mais au contraire les animaux délaissés, ceux qui seront laissés à leur sort...

     

    L'arche de Noé

     Paul De Vos, Entrée des animaux dans l'arche de Noé, détail

    Deux couples de chevaux pour l'arche de Noé ?

    L'arche de Noé

    Jacob Savery, Entrée des animaux dans l'arche de Noé (détail)

    Musée national d'histoire de la religion, Saint-Petersbourg

    Surnommé parfois 'le Maître des petits paysages', Jacob Savery est un peintre hollandais du 16e siècle, mort de la peste à Amsterdam en 1603. Il a laissé principalement quelques scènes de kermesses et des paysages à la manière de Pieter Brueghel l'Ancien.  Savery a figuré la masse des animaux attendant leur tour pour entrer dans l'arche. Au premier plan à gauche, un cheval ; pourtant un couple de chevaux, un peu plus loin, est déjà dans la file d'attente. On peut encore s'étonner du compte impair de chevaux...

    La famille Brueghel : le jeu des 7 erreurs

     

    L'arche de Noé

     

    Jan Brueghel de Velours, Paysage avec animaux et arche de Noé

    Musée des Beaux-Arts de Pau

    Jan Brueghel l'Ancien, dit Brueghel de Velours, est un peintre flamand de la Renaissance, fils de Pieter Brueghel l'Ancien et frère de Pieter Brueghel le Jeune. Il fut particulièrement réputé comme peintre de fleurs et de fruits. 

    Le paysage avec animaux et arche de Noé, ou Entrée des animaux dans l'arche du musée de Pau, est une huile sur panneau datant du premier quart du 17e siècle. Il aurait appartenu au cardinal Fesch, puis à Mme Bonnaffé de Lance qui l'a donné à la ville de Pau. 

    L’œuvre de Pau, bien que son cartel porte le nom du maître, a été expertisée par le Conservateur des peintures flamandes du Louvre comme étant une copie d’atelier, l’expert ayant jugé la facture trop "lisse" pour être de la main même du maître.

    Il ne faut pas confondre ce tableau, conservé à Pau, avec son jumeau, actuellement conservé au J. Paul Getty Museum de Los Angeles. Mais ce sont en fait plusieurs exemplaires sur le même sujet, dus à Jan Brueghel l'Ancien, ou à son atelier, ou à son fils, que l'on recense. C'est que les Brueghel ont été des génies de la copie de leurs propres oeuvres. Un exemplaire de l'Entrée dans l'arche serait conservé à la Royal Académie de Londres, un autre au musée des Beaux-Arts de Budapest. Une oeuvre intitulée Entering the ark, datée de 1615, due à Jan Brueghel l'Ancien, est également répertoriée au Wellington museum de Londres. Une Entrée des animaux dans l'arche de Noé, due à Jan Brueghel II, le fils de Jan Brueghel l'Ancien, a été vendue chez Christie's en 2010. 

    Cette impressionnante série montre la popularité du thème au 17e siècle.

    Dans un paysage aux couleurs automnales, sous un ciel gris, mais pas encore menaçant, les animaux sont rassemblés en troupeau. L'ambiance est champêtre : un homme, baguette à la main, mène les animaux comme s'il s'agissait de bétail ; sa famille, au second plan, attend paisiblement avec des paniers, comme s'il s'agissait de partir en pique nique. Tout au fond, dans la trouée entre deux arbres, on aperçoit l'arche, sorte de grosse barque en forme de sabot. 

    Le paysage ici dépeint est de nature paradisiaque, et n'évoque pas une catastrophe imminente. Il se rattache donc aux oeuvres illustrant le paradis terrestre.

    Tous les animaux vont par deux. Sauf... le cheval. J'ai beau regarder de près, je ne vois en effet qu'un seul cheval, représenté au premier plan, exactement au centre du tableau, face à nous. Pourquoi est-il seul ? Peut-être s'agit-il simplement d'une question de composition. En effet, toutes les lignes semblent converger vers le cheval, placé au centre. Il devient ainsi l'axe de symétrie du tableau.

     

    L'arche de Noé

     Jan Brueghel I ou l'Ancien, Entering the ark

    Apsley House, Wellington museum

    L'une des autres versions de cette entrée dans l'arche, est conservée à Londres, au musée Wellington. Ce musée présente 200 tableaux de maîtres, dont 83 pièces qui proviennent de la collection royale d'Espagne saisie par Wellington dans les fourgons du roi Joseph, frère de Napoléon 1er, après la bataille de Vitoria en 1813. Notre Brueghel devait faire partie du lot. Si l'économie du tableau est globalement la même que dans le tableau de Pau, il y a tout de même des différences notables : notre cheval est devenu gris et s'est décentré à droite, tout en inversant le mouvement de son corps ; le 'meneur de troupeaux' s'est au contraire rapproché du centre de la toile, etc.


    L'arche de Noé

    Jan Brueghel II ou le Jeune, L'arche de Noé

    coll. privée

    L'arche de Noé, de Jan Brueghel le Jeune (II), est une copie fidèle du tableau de son père, conservé à Pau. Il s'agit d'une huile sur cuivre, provenant d'une collection privée, vendue 480 000 € chez Christie's en 2013.   

    L'arche de Noé

    Pierre Paul Rubens, Francisco de Sandoval y Rojas, duc de Lerme, à cheval

    musée du Louvre 

    Brughel se serait inspiré, pour représenter plusieurs animaux, de Rubens, avec lequel il collaborait souvent. On retrouve en particulier le cheval, dans la même attitude, dans des portraits équestres de Rubens, comme celui du duc de Lerme. 

     

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :