• L'harmonie au jardin d'Eden

    Au jardin d'Eden, les animaux vivent en harmonie sous la direction de l'homme. Ils ne s’entre-dévorent pas, car ils ne mangent que de l'herbe. 

    "À tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui va et vient sur la terre et qui a souffle de vie, je donne comme nourriture toute herbe verte." Et ce fut ainsi. Genèse 1, 30

     ... mais il ne faut pas toucher au fruit défendu

    L'homme dispose de tous les fruits du jardin merveilleux qu'est le Paradis, mais il ne doit pas toucher aux fruits de l'arbre de la connaissance du bien et du mal.
    Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Éden pour qu’il le travaille et le garde.
    Le Seigneur Dieu donna à l’homme cet ordre : « Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin ; mais l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Genèse, 2, 15-17

    Le Paradis terrestre

    Brueghel de Velours, La Terre ou la Paradis terrestre

    Musée du Louvre, Paris

    Jan Brueghel l'Ancien, dit Brueghel de Velours, est un peintre flamand de la Renaissance. Il est le fils de Pieter Brueghel l'Ancien et le frère de Pieter Brueghel le Jeune. Il fut particulièrement réputé comme peintre de fleurs et de fruits. Il meurt du choléra en 1625
    Le cardinal Borromée commande vers 1621 une série de tableaux pour la bibliothèque Ambrosienne. La série de quatre tableaux, représentant les quatre éléments, a été dispersée après la campagne d'Italie de 1796. L'Eau et le Feu sont conservés à la Pinacoteca Ambrosiana de Milan, qui détenait la série complète à l'origine. La Terre ou le Paradis terrestre et l'Air sont conservés au Louvre. Il s'agit de peintures à l'huile sur cuivre.
    Le premier plan du tableau met en scène les animaux vivant en harmonie au Paradis, en particulier un cheval gris, une panthère et un lion jouant, un cerf, des rongeurs et des oiseaux.... Mais cette scène, très sombre, sert en fait de cadre à une autre scène lumineuse, enchâssée au centre de la toile, figurant dans le lointain Dieu donnant ses instructions à Adam et Eve. 

     

    Le Paradis terrestre

    Paul De Vos, Le Paradis terrestre

    Musée du Louvre

    Paul De Vos (1595-1678) est un peintre baroque flamand. Comme Bueghel de Velours, il appartient à une famille de peintres. Il se spécialisa dans des scènes animalières monumentales, notamment des scènes de chasse
    Le Paradis terrestre est une toile de grande taille (plus de 3 m sur plus de 2 m), saisie révolutionnaire de 1796.

    Cette scène lumineuse met au premier plan des animaux paisibles, en particulier deux chevaux, un cerf et une biche, un lion, des chiens et des pigeons. Au fond, on aperçoit, dans un paysage serein, Adam et Eve, auxquels Dieu prodigue ses conseils. Au tout premier plan, on voit un renard. S'agit-il de la signature du peintre, dont le nom signifie 'renard' ?

     Ils y ont goûté

    L'harmonie est bientôt menacée : Adam et Eve ont goûté au fruit défendu de l'arbre de la connaissance. 

    Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu ? Aurais-tu mangé de l’arbre dont je t’avais interdit de manger ? »
    L’homme répondit : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »
    Le Seigneur Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée, et j’ai mangé. » Genèse, 3, 11-13

    Le Paradis terrestre

     

    Le Dominiquin, Dieu réprimandant Adam et Eve (1633)

    Musée de Grenoble

    Dominico Zampieri, dit le Dominiquin (1581-1641), peintre italien baroque, travailla à Bologne et à Rome. Ses succès et ses protecteurs lui auraient attiré des ennemis et il serait mort empoisonné à Naples, où il devait orner la chapelle du trésor. Il était surnommé 'le Boeuf' à cause de son travail lent et opiniâtre. Dans la lignée de Raphaël, l'oeuvre du Dominiquin se caractérise par un dessin exact et expressif et des coloris vrais. 

    La toile du Dominiquin représente l'instant précis où, interrogé par Dieu, Adam rejette sans hésiter la faute sur Eve. Regardez ce petit haussement d'épaules et ce geste désignant Eve à la vindicte divine : une belle représentation de la mauvaise foi. L'homme et les animaux n'ont pas encore été chassés du Paradis : tout près d'Adam et d'Eve, un cheval, qui porte peut-être sur eux un regard lourd de reproche, un lion et un agneau,  sont encore de paisibles compagnons.

     

    Le Paradis  perdu

    Le Paradis terrestre

    Andalie, Paradis Saint-François 

    Cette peinture naïve nous offre une vision rêvée d'un Paradis. Ce n'est plus le Paradis terrestre de la Genèse : Adam et Eve ont fait place à petits moines franciscains et de petits personnages angéliques en robe blanche.Mais ce n'est pas encore le Paradis céleste, bien que ce paradis flotte comme une île au milieu des nuages : on y voit des animaux d'espèces diverses rassemblés sous la garde des moinillons, autour d'un arbre immense, sorte de double de l'arbre de la Connaissance, accueillant comme un foyer chaleureux. Un cheval noir et son poulain figurent parmi les animaux représentés.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :